Récemment, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) du Togo a pris une mesure significative pour encadrer l’exploitation des zones Wi-Fi dans le pays. Ces zones, permettant aux utilisateurs de se connecter après avoir souscrit un abonnement auprès d’un fournisseur d’accès Internet, ont gagné en popularité au Togo, offrant une alternative pour ceux qui ne peuvent pas se permettre une connexion haut débit à domicile.

Cette régulation fait suite à une controverse survenue en février 2023, lorsque l’opérateur togolais Togocom a suspendu les abonnements de ceux qui avaient souscrit à une offre privée et revendaient ensuite la connexion. À ce moment-là, l’Arcep Togo avait rappelé la légalité de cette pratique tout en précisant certaines conditions.

La nouvelle décision de l’Arcep Togo établit un cadre juridique clair pour l’exploitation des zones Wi-Fi. Désormais, l’exploitation de ces zones est considérée comme un service à valeur ajoutée, et les fournisseurs doivent faire une déclaration à l’Arcep. Cette décision précise les modalités de fourniture du service, l’utilisation des équipements et installations, ainsi que les responsabilités des fournisseurs, notamment en ce qui concerne l’identification des clients et l’usage approprié des équipements. De plus, elle interdit aux fournisseurs d’installer des pylônes pour étendre la portée du service.

L’Arcep Togo prévoit également des contrôles surprises pour garantir le respect de cette réglementation. Les fournisseurs de services Wi-Fi zone doivent se conformer à cette décision dans un délai de trois mois à partir du 12 septembre. Cette mesure vise à assurer une gestion plus efficace et une utilisation responsable des précieuses zones Wi-Fi dans le pays.

Article précédentTrend Micro et INTERPOL triomphent contre la cybercriminalité en Afrique
Article suivantOrange Tunisie et école canadienne : Nouvelle ère éducative