Dans une démarche visant à promouvoir la protection de la propriété intellectuelle, Huawei, l’un des leaders mondiaux de l’innovation technologique, a révélé ses tarifs de redevance pour ses programmes de licence de brevets. Cette décision vise à trouver un équilibre entre l’innovation technologique et l’adoption, tout en soutenant le développement commun et durable des industries à l’échelle mondiale.

Jeudi, lors de l’annonce, le directeur juridique de Huawei, Song Liuping, a souligné la volonté de l’entreprise de partager ses innovations de pointe avec le monde entier sous forme de brevets. Cette initiative vise à favoriser la collaboration et à encourager le développement de l’industrie technologique dans le respect de la propriété intellectuelle.

En dévoilant ces tarifs de licence de brevets pour les téléphones portables, le Wi-Fi et l’IoT, Huawei montre sa volonté de jouer un rôle actif dans la promotion d’une culture de protection de la propriété intellectuelle, tout en permettant aux acteurs de l’industrie d’accéder à ses innovations technologiques de manière équitable.

Lors de l’événement annuel de Huawei sur l’innovation et la protection de la propriété intellectuelle qui s’est déroulé à Shenzhen le jeudi 13 juillet

lors de cette activité, différentes déclarations ont été faites. Le thème abordé était « Atteindre des horizons d’innovation : Partager la propriété intellectuelle, stimuler l’innovation ».

Huawei a joué un rôle essentiel dans l’établissement de normes dans le domaine des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), en particulier dans les domaines des réseaux cellulaires, du Wi-Fi et des codecs multimédias.

L’événement a été l’occasion de plusieurs sessions d’échanges où des experts de différents domaines ont participé. Les discussions ont porté sur les technologies applicables à domicile, en déplacement et au travail. Certains sujets abordés comprenaient la recherche avancée sur la 5,5G, les technologies audio et vidéo, l’ajustement en dix points des téléphones portables, un réseau de détection d’obstacles généraux pour aider les voitures à identifier des objets anormaux, ainsi que des algorithmes permettant une planification et une optimisation intelligentes de la production.

Huawei s’est engagé à accorder des licences pour ses brevets essentiels aux normes (SEP) selon les principes d’équité, de raisonnabilité et de non-discrimination (FRAND). Par ailleurs, Huawei a annoncé les taux de redevance pour les téléphones 4G et 5G, les appareils Wi-Fi 6 et les produits de l’Internet des objets (IoT) – des domaines où Huawei détient une position clé en termes de SEP. Les plafonds des taux de redevance pour les téléphones 4G et 5G sont respectivement de 1,5 $US et de 2,5 $US par unité. Le taux de redevance de Huawei pour les appareils grand public Wi-Fi 6 est de 0,5 $US par unité. En ce qui concerne l’IoT, le taux pour les appareils centrés sur l’IoT est un pourcentage du prix de vente net, plafonné à 0,75 $US, tandis que le taux pour les appareils améliorés par l’IoT varie de 0,3 $US à 1 $US par unité.

Alan Fan, vice-président et responsable du département des droits de propriété intellectuelle chez Huawei, a souligné l’importance d’un cercle vertueux dans lequel les innovateurs sont protégés, récompensés et encouragés, car cela favorise une innovation durable.

M. Fan a déclaré : « Huawei adopte une approche équilibrée lors de l’octroi de licences de brevets. Nous croyons fermement que l’établissement de taux de redevance raisonnables encourage à la fois la création et l’adoption d’innovations ».

Selon M. lui, Huawei a conclu près de 200 accords de licence bilatéraux pour ses brevets jusqu’à présent. De plus, plus de 350 entreprises ont obtenu des licences pour les brevets de Huawei via des pools de brevets. Dans le cadre de ces licences, les paiements de redevances passées de Huawei représentent environ trois fois le montant total des redevances perçues, et ses revenus de licences pour l’année 2022 se sont élevés à 560 millions de dollars américains.

Tomas Lamanauskas, secrétaire général adjoint de l’Union internationale des télécommunications, quant à lui, a souligné le rôle clé de Huawei dans le processus de collaboration visant à soutenir une innovation rentable et inclusive à grande échelle, lors de son intervention à distance.

Lamanauskas a ajouté : « Alors que nous continuons à travailler pour relever les défis mondiaux et atteindre les objectifs de développement durable (ODD), des politiques et des cadres favorables sont essentiels pour favoriser l’épanouissement des écosystèmes d’innovation« .

Pour rappel, au cours de la dernière décennie, Huawei a investi un total de 977,3 milliards de CNY dans la recherche et le développement (R&D). En 2022, l’entreprise a aussi alloué 161,5 milliards de CNY à la R&D, soit 25,1% de son chiffre d’affaires. Dans le tableau de bord des investissements en R&D industrielle de l’Union européenne pour 2022, Huawei a été classé au quatrième rang mondial.

pour clore, notons que Huawei a conclu des accords de licence de brevets avec des acteurs majeurs de l’industrie technologique tels que Samsung, Oppo et des constructeurs automobiles de renom comme Mercedes-Benz, Audi, BMW, Porsche, Subaru, Renault, Lamborghini et Bentley. Alan Fan a souligné que Huawei est un défenseur et un partisan actif des principales organisations mondiales de l’industrie open source.

A cette occasion, Huawei a également lancé son site web officiel dédié aux licences. Ce site fournit des informations détaillées sur les programmes de licences bilatérales de l’entreprise, couvrant une gamme allant des téléphones mobiles au Wi-Fi et à l’IoT cellulaire. Randall R. Rader, ancien juge en chef de la Cour d’appel des États-Unis pour le circuit fédéral, a souligné l’importance de la propriété intellectuelle en tant que moteur de la coopération technologique. Il a affirmé : « Elle favorise le progrès technologique afin que tous puissent en bénéficier ».

Article précédentLa Guinée équatoriale s’engage dans la transformation numérique avec Huawei
Article suivantVodacom investit dans la connectivité des zones rurales en Afrique du Sud