Starlink, la société de connectivité par satellite dirigée par le milliardaire Elon Musk, a annoncé son intention de lancer ses services dans 23 pays africains dès 2023. La société a déjà obtenu des licences au Mozambique, au Nigeria et au Malawi, et est actuellement en négociation avec les autorités de certains autres pays pour obtenir les autorisations nécessaires.

Starlink a pour objectif de fournir un accès internet haut débit partout dans le monde, y compris dans les zones les plus reculées et enclavées. Pour y parvenir, Starlink déploie un réseau de satellites en orbite basse. Les utilisateurs peuvent accéder à internet via un terminal Starlink et une antenne parabolique.

Selon le calendrier de lancement de Starlink, 14 autres pays africains devraient recevoir les services de la société en 2024. Cependant, la société n’a pas encore fixé de date pour 17 autres pays du continent. L’expansion de Starlink en Afrique s’inscrit dans la stratégie de sa société mère SpaceX de fournir un haut débit à l’ensemble de la planète, y compris les zones les plus reculées et enclavées.

Avec environ 60 % de la population africaine privée d’accès à Internet, Starlink voit des opportunités commerciales à explorer sur le continent. Cette demande en connectivité à haut débit a augmenté considérablement depuis 2020 en raison de la pandémie de Covid-19.

Il est à noter que Starlink n’est pas le seul fournisseur de services de connectivité par satellite à s’intéresser au marché africain. Des sociétés telles que SES, Eutelsat, Intelsat, Viasat, Amazon et OneWeb ont également des projets en cours sur le continent. Les services télécoms par satellite représentent en effet une alternative efficace pour les populations africaines enclavées pour accéder au haut débit.

    * indicates required







    MasculinFéminin

    Veuillez sélectionner le mode de communication par lequel vous aimeriez entendre parler de nous

    Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien en pied de page de nos emails. Pour plus d'informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez visiter notre site Web.

    Article précédentYellow Pay: un paiement innovant en Afrique
    Article suivantGIM-Pay et SENFAY : l’accord pour les transactions en UEMOA