Le Cameroun a pris des mesures pour contrer les menaces croissantes de cybercriminalité, telles que les arnaques, le phishing et le vol d’identité, qui représentent une menace grandissante dans le pays.

Afin de renforcer les capacités des forces de l’ordre face à ces cybermenaces, des policiers et des procureurs suivent actuellement une formation spécialisée dispensée par l’Agence Nationale des Technologies de l’Information et de la Communication (ANTIC) du Cameroun.

Cette formation a pour objectif d’équiper les fonctionnaires gouvernementaux des connaissances et compétences nécessaires pour enquêter, traquer et poursuivre efficacement les cybercriminels en recueillant et analysant des preuves numériques.

Le programme de formation de trois jours a débuté par une analyse approfondie de l’écosystème des TIC au Cameroun, se déroulant dans la ville de Limbe.Besong Egbe Divine, responsable régional du Sud-Ouest de l’ANTIC, a souligné que le paysage numérique présente des défis, car des individus malveillants exploitent les vulnérabilités des systèmes d’information à des fins néfastes.

Il a également mis en avant le partenariat fructueux entre l’ANTIC et Facebook, qui a permis de fermer 4 000 cas de vol d’identité, où des cybercriminels usurpaient l’identité de personnalités éminentes de l’État et d’institutions.

Les sujets abordés lors du séminaire incluent les aspects juridiques de la cybercriminalité, la collecte de preuves numériques, les sanctions contre les cybercriminels, la préservation de l’ordre public numérique, la surveillance de la sécurité, la gestion des incidents, les défis de l’identification des utilisateurs et les litiges liés aux noms de domaine. Cette formation est considérée comme essentielle pour lutter efficacement contre la cybercriminalité et garantir la sécurité des espaces numériques au Cameroun.

Article précédentMTN Côte d’Ivoire en attente de l’autorisation pour la 5G
Article suivantLe Bénin en tête de la transformation numérique en UEMOA