Le gouvernement nigérian, Ahmed Bola Tinubu a pris une décision importante concernant le droit d’accise de 5 % sur les services télécoms, tel qu’établi par la loi de finances de l’année 2020. L’objectif initial était de générer environ 195 millions de dollars américains de revenus pour l’État.

Le président du Nigeria, Ahmed Bola Tinubu, a donné des instructions pour la suspension de cette taxe, ainsi que d’autres impôts, sur les services de télécommunications. L’annonce a été faite lors d’une conférence de presse à Abuja le jeudi 6 juillet par Dele Alake, conseiller spécial du président pour les tâches spéciales, la communication et la stratégie.

En mai dernier, le gouvernement du Nigeria, dirigé par l’ancien président Muhammadu Buhari, a introduit un droit d’accise de 5 % sur les services télécoms. Cette mesure a été prise après une déclaration du ministre des Communications et de l’Économie numérique, Isa Ali Ibrahim Pantami, annonçant la suppression définitive de cette taxe. L’objectif initial était d’accroître les revenus de l’État, compte tenu de la baisse des recettes provenant du pétrole et du gaz, conformément à la loi de finances de l’année 2020. Bien que l’initiative ait été dévoilée en juillet 2022, sa mise en œuvre a été suspendue en septembre 2022.

Ce nouveau prélèvement s’ajoutait aux nombreuses catégories d’impôts, de taxes et de redevances déjà imposées au secteur des télécommunications au Nigeria. On estimait qu’il rapporterait à l’État environ 150 milliards de nairas (soit 195,1 millions de dollars américains).

Dans le cadre de sa vision politique axée sur les Nigérians, le président Tinubu a pris la décision de suspendre la taxe sur les services télécoms. Cette mesure vise à placer les citoyens nigérians au cœur des politiques gouvernementales et à remédier aux politiques fiscales désavantageuses pour les entreprises, ainsi qu’à la multitude de taxes. Cette décision fait suite à la promesse faite par le président lors de son investiture en mai dernier.

Article précédentL’américain Taran Wireless étend ses services internet en Afrique
Article suivantCentre ENRICH in Africa (EiA) : Une coopération technologique Europe-Afrique historique