L’Afrique doit renforcer sa défense contre les cyberattaques dans les secteurs critiques tels que les mines et l’énergie En 2022, 40 % des systèmes de contrôle industriel (ICS) dans le monde ont été touchés par des logiciels malveillants, et ce chiffre atteint 47 % en Afrique, selon Kaspersky. Les trois pays les plus touchés par les attaques ICS sont l’Éthiopie (62 %), l’Algérie (59 %) et le Burundi (57 %), suivis par le Rwanda (46 %), le Kenya (41 %), le Nigeria et le Zimbabwe (40 % chacun), le Ghana (39 %), la Zambie (38 %) et l’Afrique du Sud et l’Ouganda (36 % chacun).

Kaspersky souligne que la protection ICS se concentre sur la sécurité opérationnelle (OT) pour les entreprises cyber-physiques telles que les services publics, l’exploitation minière et la fabrication, et que les solutions traditionnelles de cybersécurité ne sont pas suffisantes. Pour être efficaces, les mesures de cybersécurité OT doivent inclure la protection des terminaux industriels, la surveillance du réseau OT et la détection des anomalies pour identifier les actions malveillantes et enquêter sur les incidents.

Cybersecurite_aFRIQUE

L’Afrique ne peut ignorer le paysage de menaces en constante évolution de la cybersécurité dans les secteurs critiques. Il est donc nécessaire de renforcer les défenses pour protéger les infrastructures clés telles que les mines et l’énergie, en adoptant les mesures de cybersécurité OT recommandées par Kaspersky.

Article précédentLe secteur de la fintech en Afrique connaît une croissance rapide avec un encadrement renforcé
Article suivantMTN Ghana annonce une augmentation de 15% des tarifs d’accès à Internet mobiles